Les femmes peuvent-elles vraiment squirter?

Les femmes peuvent-elles vraiment squirterDans le monde de la pornographie, l’éjaculation féminine ou parfois aussi appelée « squirt », apparait régulièrement. Étant donné que les jeunes regardent ces films de plus en plus tôt, il arrive qu’ils pensent que squirter est le sommet de l’orgasme d’une (jeune) femme.

Mais ce phénomène est-il vraiment le point culminant chez une femme, et est-ce normal?

Cela fait des années que les scientifiques sont à la recherche de l’origine de cette fontaine que les femmes créent une fois arrivées au point ultime. Certains prétendent que c’est naturel, d’autres croient qu’il ne s’agit que d’eau qui est injecté dans le vagin pendant une pause lors du tournage, et d’autres que c’est juste de l’urine.

Une étude a été lancée dans un hôpital Français chez 7 femmes saines, capables de squirter, pour découvrir la vérité – a annoncé The Journal of Sexual Health le mois précédent. Chaque femme devait vider sa vessie en urinant avant le test, afin d’écarter au mieux l’urine. Toutefois, se vider entièrement la vessie est quasiment impossible.

Les scientifiques ont observé que la vessie était totalement vide après l’éjaculation, ce qui selon eux prouve que le liquide est partialement composé d’urine. Le liquide contenait parfois aussi du PSA, une hormone sécrétée par le vagin, l’équivalent vient du pénis de l’homme.

Squirter serait, selon les scientifiques, principalement une évacuation non voulue de l’urine lors du sommet chez la femme, quand tout contrôle est perdu. L’hormone PSA est présent naturellement quand la femme est excitée, la lubrification naturelle.

Une seconde étude va devoir indiquer si les reins travaillent dur lors du rapport sexuel chez les femmes.

Mais comme pour toutes recherches sur le point G qui se contredisent, le sujet a lui aussi des avis pour et contre. Ces derniers viennent surtout des femmes qui savent squirter.

C’est ainsi qu’écrit « Luna », une bloggeuse : « C’est plus doux et épais que de l’urine, plus une sorte de lubrification vaginale normale, le côté “se mouiller”. Ça n’a pas non plus l’odeur de l’urine, c’est plus blanc et transparent que ça. Si on analyse ce liquide, on y trouvera probablement des particules communes à l’urine. Mais c’est tout comme lorsqu’on verse du vin rouge dans un tuyau, pour ensuite l’utiliser pour du vin blanc… je peux vous assurer que vous y retrouverez des particules de vin rouge! »

En revanche, un producteur de pornographie connu a avoué qu’il croit que squirter est totalement truqué. Il utilise lui-même dans ses tournages un “douche” avec laquelle il injecte de l’eau dans le vagin de la femme, lors d’une courte pause.

La caméra est ensuite rallumée et la femme fait sortir l’eau à l’aide de quelques faux gémissements.

Squirter : est-ce un mythe, ou peut-on vraiment parler de l’équivalent de l’éjaculation chez l’homme? Donnez votre avis!



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible sur le site

*