Accepte-t-on quelques kilos de plus avec l’ « l’écrasement »  fétiche?

Les femmes sexy existent de toutes formes et tailles. Bien que les magazines de mode soient tous remplis de fines asperges, beaucoup d’hommes aiment des femmes avec plus de poids sur la balance. Dans le livre renommé “Alleen maar nette mensen” suivi d’un film réussi, le protagoniste devient fou de femmes de couleur avec de grosses cuisses et poitrines. Peut-on aller plus loin ?

Une sacrée lutte

Amanda, 1m90 et 127 kilo, est une apparition imposante. Elle s’appelle elle-même “Amazon Amanda” et elle écrase des hommes désireux de se faire écraser contre payement. Elle lutte en lingerie sexy, ce qui créé une excitation énorme chez ses clients, souvent de petits hommes qui disparaissent vite entre les plis de son corps et ses bourrelets. Elle se limite à de sauvages câlins, il n’y a pas de pénétration mais ses clients viennent pour ses kilos, au sens littéral et figuré…

La princesse EST le petit pois

Odette Delacroix est l’extrême opposé. Cette petite dame de 1m50 et d’un poids de 40 kilos seulement semble encore plus petite avec son visage de poupée et peau pâle. Ce profile gracile a fait d’elle une sacrée étoile porno. De fortes dames grimpent sur son corps, parfois à deux en même temps, et tout est filmé et photographié. Son publique profite à fond de cette vision fétiche claustrophobe.

L’écrasement fétiche est un fétiche ou des hommes sont excités par de femmes gigantesques. Bien que l’origine de l’excitation ne soit pas pareille pour chaque personne, elle vient souvent pour une partie de la claustrophobie (ou justement l’inverse) mais aussi d’un confortable sentiment de mère.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible sur le site

*