A quoi ressemble une première visite dans le quartier rouge d’Amsterdam

A quoi ressemble une première visite dans le quartier rouge d'Amsterdam

La ville d’Amsterdam est fascinante à plus d’un titre.
On aime s’y perdre et la découvrir au détour de ses rues étroites et de ses larges canaux. La métropole hollandaise s’est construite autour de l’histoire de son port, le fameux «port d’Amsterdam» de la célèbre chanson de Jacques Brel.

De nombreux marins ont débarqué dans la ville, souvent après de longs séjours en mer, et profitaient de la halte pour aller voir les demoiselles qui vendaient leur charmes dans le célèbre «quartier rouge».

Aujourd’hui il est probable que vous n’arriviez pas à Amsterdam par la mer, mais plutôt par l’avion ou le train. Les temps ont changé, également pour le «Red light district». Il s’étend désormais entre Warmoesstraat, Oudezijds Achterburwal et Oudezijds Voorburgwal, c’est à dire au sud de la gare ferroviaire.

Toutes les rues du quartier sont perpendiculaires et abritent les fameuses vitrines, derrières lesquelles se trouvent les prostituées. La prostitution est totalement légale aux Pays-Bas, mais les jeunes femmes n’ont pas le droit d’apparaître nues.

Elles sont donc le plus souvent habillées en lingerie fine, ce qui n’est pas moins émoustillant! Elles sont présentes de jour comme de nuit, et arrivent des quatre coins du monde. La plupart ont entre vingt et trente ans mais on trouve beaucoup d’endroits où des femmes d’âge plus mur, parfois jusqu’à cinquante ans, vendent leurs charmes.

L’endroit est une sorte de gigantesque marché du sexe à ciel ouvert. On y trouve des sex-shops, et de nombreux pubs où se réunissent pour la plupart des touristes venus visiter le quartier rouge. Car ne nous y trompons pas, le «Red Light District» est plus proche du parc d’attraction que du quartier chaud plein de mystères.

On y trouve des adolescents en quête de moments d’émotions fortes aussi bien que des personnes âgées intriguées par le concept de l’endroit. Si vous y venez pour une simple visite, n’oubliez pas qu’il est interdit de prendre des photos des femmes derrière leurs vitrines.

Si vous avez l’intention de faire une excursion plus poussée, sachez qu’il existe de nombreux sites internet qui détaillent les meilleurs endroits et vous mettent en garde contre les pièges, inévitables dans ce genre de quartier.

Le site le plus célèbre s’appelle Amsterdam Diaries, et regroupe toutes les bonnes adresses du Red Light District.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible sur le site

*